Dieu le Fils

Nous enseignons que Jésus-Christ, la deuxième personne de la Trinité, possède toutes les perfections divines et est en elles égal et consubstantiel au Père, coéternel avec lui (Jn 10:30; Jn 14:9).

Nous enseignons que c’est par son Fils Jésus-Christ que Dieu le Père a créé « les cieux et la terre et tout ce qui s’y trouve » selon sa propre volonté, et que c’est par lui aussi que toutes choses subsistent et fonctionnent (Jn 1:3; Col 1:15-17; Hé 1:2).

Nous enseignons que dans l’incarnation (Dieu fait homme) Christ a renoncé uniquement à ses prérogatives divines mais n’a rien abandonné de son essence divine, que ce soit en degré ou en genre. Dans son incarnation, la deuxième personne de la Trinité, bien qu’existant de toute éternité, a accepté toutes les caractéristiques essentielles de l’humanité et est ainsi devenue Dieu-homme (Ph 2:5-8; Col 2:9).

Nous enseignons que Jésus-Christ représente l’humanité et la divinité dans une indivisible unité (Jn 5:23; Jn 14:9-10; Col 2:9).

Nous enseignons que notre Seigneur Jésus-Christ est né d’une vierge (Es 7:14; Mt 1:23; Mt 1:25; Lu 1:26-35), qu’il était Dieu incarné (Jn 1:1; Jn 1:14), et que le but de l’incarnation était de révéler Dieu, de racheter les hommes et de régner sur le royaume de Dieu (Ps 2:7-9; Es 9:5; Jn 1:29; Ph 2:9-11; Hé 7:25-26; 1 Pi 1:18-19).

Nous enseignons que, dans l’incarnation, la deuxième personne de la Trinité a renoncé à son droit aux pleines prérogatives de la coexistence avec Dieu, qu’elle a assumé la place d’un Fils et pris la forme d’un serviteur, sans toutefois renoncer à ses attributs divins (Ph 2:5-8).

Nous enseignons que notre Seigneur Jésus-Christ a accompli notre rédemption en versant son sang et mourant en sacrifice sur la croix. Sa mort était volontaire, substitutive, propitiatoire et rédemptrice (Jn 10:15; Ro 3:24-25; Ro 5:8; 1 Pi 2:24).

Nous enseignons que, sur la base de l’efficacité de la mort de notre Seigneur Jésus-Christ, le pécheur croyant est libéré de la punition, de la peine, de la puissance et, un jour, de la présence même du péché; il est déclaré juste, reçoit la vie éternelle et est adopté dans la famille de Dieu (Ro 3:25; Ro 5:8-9; 2 Co 5:14-15; 1 Pi 2:24; 1 Pi 3:18).

Nous enseignons que notre justification est assurée par la résurrection au sens littéral, physique, de Christ d’entre les morts et qu’il se trouve maintenant à la droite du Père d’où il intercède pour nous en tant qu’avocat et souverain sacrificateur (Mt 28:6; Lu 24:38-39; Ac 2:30-31; Ro 4:25; Ro 8:34; Hé 7:25; Hé 9:24; 1 Jn 2:1).

Nous enseignons que, par la résurrection de Jésus-Christ, Dieu a confirmé la divinité de son Fils et donné la preuve qu’il avait accepté l’œuvre expiatrice de Christ sur la croix. La résurrection corporelle de Jésus garantit aussi la future vie de résurrection de tous les croyants (Jn 5:26-29; Jn 14:19; Ro 4:25; Ro 6:5-10; 1 Co 15:20; {{bible:1 Co 15:23).

Nous enseignons que Jésus-Christ reviendra pour accueillir auprès de lui l’Eglise, qui est son corps, lors de l’Enlèvement et que, revenant avec elle dans la gloire, il établira son royaume de mille ans sur la terre (Ac 1:9-11; 1 Th 4:13-18; Ap 20).

Nous enseignons que le Seigneur Jésus-Christ est le seul par lequel Dieu jugera tous les hommes (Jn 5:22-23):

  • les croyants (1 Co 3:10-15; 2 Co 5:10);
  • les personnes vivant sur la terre lors de son retour en gloire (Mt 25:31-46);
  • ceux qui sont morts incrédules devant le grand trône blanc (Ap 20:11-15).

En tant que médiateur entre Dieu et les hommes (1 Ti 2:5), chef de l’Eglise qui est son corps (Ep 1:22; Eph 5:23; Col 1:18) et roi universel qui s’assiéra sur le trône de David (Es 9:5-6; Ez 37:24-28; Lu 1:31-33), Christ est le juge ultime de tous ceux qui refusent de placer leur confiance en lui comme Seigneur et Sauveur (Mt 25:14-46; Ac 17:30-31).

Dieu le Père ◄           ► Dieu le Saint-Esprit